Le Portrait de l’Aurore

Il était une fois une époque délétère, qui s’en prenait aux êtres libres et sains d’esprit. Une époque où l’on trouvait un grand photographe « suicidé » chez lui, sans y trouver à redire. Olivier Mathieu, dans « le Portrait de Dawn Dunlap » (un livre publié par son compère Jean-Pierre Fleury) explore dans un court texte nostalgique la mécanique du souvenir à travers le portrait d’une égérie de David Hamilton.

Lire la suite