Rénato enfin libre

Il y a presque dix ans, j’entamais le tournage d’un modeste documentaire en forme de portrait, un travail dont le sujet n’était autre qu’un ami : René Le Verge. Neuf ans plus tard, cette ébauche maladroite est devenue un projet « total », constitué d’un site web, d’un film de 60 minutes et d’un livre-web.


Arête de Boire - Seb Guillet d'après l'oeuvre de Rénato de la Verga

Rien ne laissait présager une telle évolution. Ma rencontre avec Rénato de la Verga de l’Aber-Wrac’h ne devait être rien d’autre qu’une interview destinée à alimenter un autre film consacré au port et son aménagement. Mais une amitié sincère et des affinités nombreuses ont modifié le cours des choses…

Étrangement, inconsciemment, je sentais que cette création n’était pas achevée. Il m’aura fallu laisser passer quelques années pour comprendre où ce projet devait aller, vers quelle démarche il devait tendre. Et ce 23 décembre dernier, il a enfin pu livrer toutes ses facettes.

Rénato et la Noosphère - Présentation

Je parle souvent de diptyque en présentant ce projet multimédia mais on pourrait tout aussi bien le qualifier de triptyque. Car si la complémentarité du film documentaire et du livre-web est indiscutable, le site du projet lui-même est un aperçu non négligeable du sujet.

Comme toute livraison « artistique », cette publication laisse son auteur plus ou moins vidé, abandonné, seul. Il faut dire que la présence fantôme de cette oeuvre inachevée a probablement perturbé (peut-être « saboté ») certains de mes travaux précédents. J’étais sans le savoir en attente de conclure mon Rénato et la Noosphère, incapable de réellement me projeter complètement sur un autre travail d’importance.

Ainsi, le plaisir est énorme, la joie non feinte, le sentiment de liberté indescriptible alors que cette année 2015 touche à sa fin. « Mon » Rénato est libre, il peut enfin mûrir sur la Toile, attirer à lui des visiteurs-visionneurs-lecteurs neufs et curieux. Quant à moi, un gros chapitre se tourne, je fais face à un abîme salvateur et excitant.

Ar Zen - Rénato